Le Rakuraku.jpg

La poterie est cuite suivant un procédé japonais employé depuis le 16 ème siècle, pour faire des bols destinés à la cérémonie du thé.

La pièce est tournée ou modelée en grès chamotte cuite à 1020°. Après la pose de l'émail, elle sera de nouveau cuite à 960° avec un défournement immédiat.

Les pièces sont retirées du four avec des pinces, et le choc thermique qui en découle provoque des craquelures qui se révèleront par un enfumage dans un récipient rempli de copeaux de bois.

L'utilisation d'une pâte très réfractaire et fortement chamottée est utilisée pour résister aux chocs thermiques.

Il y a toujours une part aléatoire dans cette technique, et heureusement, ce qui compte n'est pas l'accident, mais le regard sur l'accident.